dimanche 24 avril 2011

C'était cinquante années après?


J'aii dû prendre cette photographie, il y a sept ans, mais qui sait.

En tout cas, cette expression me rappelle la fête personelle que je célèbre depuis cinquante deux ans.

Quelle belle dimanche de Pâques était ce jour là à Bucarest. Et pour moi, et lui je crois aussi, un jour mémorable.

Ce n'est pas dans le calendrier.

Mais si, puisque c'était dimanche de Pâques, mais pas avec la même signification, pour d'autres que pour moi..

Hier, j'ai trouvé un poème hongrois, qui m'a touchée de nouveau très fortement. Marai dit "quand vous célébrez, faites vraiment une pause, mettez un robe spécial, manger des plats choisis, dansez, oubliez tout du quotidien.

Il dit aussi, et célébrez aussi les jours qui sont spéciales pour vous, non seulement ceux marqués en rouge au calendrier.

Une voix basse masculin, chaud et pénétrant et très hongrois le récite et il a pénétré encore une fois profondément dans mon âme.

Aujourd'hui, je célèbre ma féminité qui a commencé tard, a 25 ans, mais ce n'est jamais trop tard. C'est pas trop tard à se sentir femme, même a 77 ans et même quand on n'a pas grande espoir de la vivre autrement que dans ses souvenirs.

J'ai l'impression que cette photo retrouvé par hasard cette nuit, en témoigne.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire