mercredi 30 juillet 2014

Perdre quelqu'un

Rainy day
Un choc de perdre quelqu'u, connu à travers le web et les images.

Je viens de tomber sur cette image, une page de son carnet de voyage, qu'elle publiait régulièrement, sur sa vie, Jean avec son mari Bob. J'y vais, voir ce qu'elle fait, et je découvre que cette femme, de même âge que moi, est passée l'octobre dernière.

Quelques images sur la site de la réunion familiale, et un superbe un peu avant, d'elle a son lit d'hôpital les derniers jour, avec son fils triste, à côté. Je l'ai mise celui-ci, dans ma gallérie des images saisissants (stunning) pas envie de la publier ici.

Celle-ci, publiée, parle d'une journée pluvieuse de sa vie, avec sa maîtrise de peinture elle prends vie.

mardi 29 juillet 2014

On apprend, sans cesse

A.J.Il n'y a pas d'âge quand on cesse d'apprendre, ou la possibilité est là.

Bien sûre, on peut considerer très jeune "je sais tout" et rester sur une voie, et "vieillir, mourir avant âge".

Il y a trois mois, deux femmes sont venues m'aider à me débrouiller dans la vie de tous les jours.

Avec ma jambe cassée, mon coude craqué, coincée au lit, j'étais sans pouvoir.

Elles étaient à tout puissantes et ressentaient tout initiative de moi.

Assez rapidement,  l'atmosphère est degeneré et si je voulais tester un peu des mouvements indépendants, je me trouvais en face tout près de moi, à deux femmes gesticulants, criant que "je leur veux de mal, je les vois comme des esclaves, que je dois faire seulement ce et comment elles me disent."

A un moment donné, j'ai raconté à A.J. ce qui est arrivée dans ma vie et pourquoi je crains des gens qui gesticules devant mon nez en haussant la voix.

Rapidement, elle s'est transformée et à commencé raconter des experiences de sa vie. Lentement, nous sommes devenus de plus en plus copains, et la voilà après trois mois, avant nous séparer, posant pour des photographies que je lui enverrais, avec chaleur et amitié dans son regard.

"Tu m'a tant apprise, non seulement par ce que tu m'a dit et encouragé de faire, mais par exemple aussi" elle m'a dit hier. Et moi, j'ai apprise comment transformer les rapports par récits personels.

lundi 28 juillet 2014

24 heures : on paye tout hélas

inversed houseNous devons écouter notre corps, mais aussi lui dire nous obéir.

Sinon, c'est comme cette maison inversé, qu'on peut voir près d'un pont à Londres, avec ces fenêtres en bas et la porte de boutique en haut.

J'ai fait des efforts plus que de coutume la dernière semaine, et surtout samedi, le corpos m'a obéi ensuite m'a fait payer.

Cette nuit, mais aussi hier pendant ma journée tranquille à la maison, mes jambes, pieds, genoux, se sort fait sentir.

Une dernière effort cette après-midi, voir deux docteurs, therapaute et dentiste, et ensuite, dix jours tranquilles dans lesquelles je peux aller de nouveau plus lentement, pas à pas à m'entrainer, les abituer à m'obéir et qui sait, marcher, bientôt sans béquille.

dimanche 27 juillet 2014

Réunion l'autre côté de Londres

In London todaySamedi, grand effort.

j'ai descendu les marches à 1:30 et la voiture d'un  copain a fait une heure pour arriver à l'autre bout de Londres.

C'est belle, Londres!

Même si on y passe seulement en voiture.

Hélas, une fois là, une grande deception. Le pub était bien au rez-de-chaussée, mais la réunion à l'étage et il fallait monter des marches.

Pas facile, de les monter, descendre, remonter, redescendre, trois heures de réunion avec mes jambes toujours en bas et ensuite retour, une heure.

Le soir, j'ai sentie déjà que j'aurais des problèmes, et j'avais raison. Mon corps a protesté. Non seulement mon pied, ma jambe, mon genoux, mais aussi le genoux de "bon jambe" et mes bras utilisés pour grimper les marches internes. La nuit, j'ai prise médicament après médicament.

Valait-il la peine?

On vera d'abord, comment se passera aujourd'hui. Je ne vois pas une belle journée devant moi.

Mais, même si je le paye cher, je me suis mise dans la bataille, dans la vie, passée par la ville.


samedi 26 juillet 2014

vendredi 25 juillet 2014

Gens rencontrés ces dernières années



Que des bonnes souvenirs!

Londres, Athens, Transylvanie, Paris, partout, j'ai réussi à me "connecter" avec eux.
Et ils ont aimé que je les avais "vu, observé, apprecié".

Cliquez pour voir les suivant