vendredi 4 mai 2007

Quelle chance!

J'ai déjeuné avec Vivianne, près de l'hôpital Bretonnaux: nous allons nous revoir. Ensuite, Yann nous a présenté les des prototypes construits après nos discussions.

Sortie tôt de la réunion, Vivianne se décide de me racompagner jusqu'à ma voiture.

Ma voiture? Elle n'était plus là.

Sans me rendre compte, je l'avais laissé sur une place où on enlevait les voitures.

Où aller, où le chercher?

"Allez au commissariat", on me suggère, sans me donner le numéro de téléphone.

- Je te racompagne, me dit Vivianne, en bonne copine, je ne te laisse pas seule dans difficulté. Je n'avais pas "besoin" qu'elle vient, mais que c'était plus facile en la sachant près de moi!

Nous nous mettons en route vers un bus, qui n'était pas tout proche non plus, pour aller au commissariat et leur demander où est ma voiture.

Heureusement, sur la route nous trouvons un taxi qui s'arrête pour nous. (Deux sont passés sans s'arrêter). En discutant, le chauffeur nous dit: "vous pouvez allez directement à la fourrière". D'accord. Il nous y prend. Quelle chance!

Oui, cela coûte pas mal, même pour deux heures "de garde"! Et cela n'a pas encore payé l'amende! "Tu as de la chance!" me dit Vivianne.

Je dépose Vivianne au métro. Je m'élance sur l'autoroute 1, pensant aux enfants que je dois récupérer du centre aéré en oubliant de prendre de l'essence.

Quelle chance! J'ai tombé en panne d'essence juste après la sortie d'autoroute, en essayant en vaine de trouver une station d'essence à Saint Denis. A sa place, "travaux".

Quelle chance! J'ai réussi à garer ma voiture au bord d'une route, puis dans le parking d'une entreprise.

Je sors mon bidon de 7 litres du coffre.

Un homme passe: "savez vous où c'est la station d'essence la plus près?"
"Très loin!" me dit-il, et repart avec sa voiture.

Derrière moi, une autre voiture s'arrête. Un jeune homme sympa, habillé en tenu de travail. Jardinier de la ville de Saint Denis.

- Je vous prends jusqu'à la Station d'essence.

Quelle chance!

C'était effectivement assez loin, et la route pour y aller compliqué.

Comment je vais revenir, en plus avec le bidon pleine?

Non seulement il m'aida à mettre de l'essence, me ramena à ma voiture, trouva une moyen à couper une bouteille d'eau comme entonnoir, m'aida à ajouter l'essence, attendit jusqu'à ce qu'il vu la voiture démarrer.

Il existe des gens vraiment bien!


Le voilà.

Je suis arrivée à temps à recupérer mes petits enfants! Le soir je devais les prendre dans un restaurant puis rester avec eux. Leur parents avaient un diner de travail. Je suis revenue chez moi après une heure de matin.

Oui, ma voiture a été enlevé, oui, j'ai tombé dans panne d'essence. J'ai aussi rencontré des gens pleine de bonne volonté, prêtes à m'aider et à pas m'abandonner!

5 commentaires:

  1. Quelle chance pour nous que tu nous racontes tes galères d'une plume aussi légère.
    Tu as raison, des gens gentils, on en rencontre encore. Et plus souvent que ce que j'entends dire par des gens de nature grincheuse.
    Tu dois attirer la gentillesse et les grincheux pas...!

    RépondreSupprimer
  2. je vais reprendre les paroles d"aben" oui quel plaisir de te lire ta plume est alerte legere meme si... je suis vraimment desolee pour toi c'est pas quand meme tres agreable argent temps stress MAIS!!! je t'assure moi et d'autres on t'attend chaque jour avec impatience!
    au plaisir ...qui sait...de te rencontrer!
    bonne journée sans mesaventure mais avec beaucoup de rencontres sympas!

    RépondreSupprimer
  3. Julie, je suis Robert. J'habite en Afrique du Sud. Votre photos de les peuples de Paris et les surrounding villages sont tres belles.
    Please excuse me, I only have schoolboy French.
    I am permanently sick and am tied 24hrs to oxygen. Could I please use some of your images to paint?
    I can not get out of doors to take pictures, and your pictures are so wonderful.
    If you click on my name, Bob, it will take you to my blog where you can view some of my work.
    Look forward to hearing from you.
    Thankyou. Merci beaucoup,
    Jean Robert.

    RépondreSupprimer
  4. mamounettemai 04, 2007

    C'est ce qu'on appelle une journée CHANCEUSE ! Heureusement qu'il y en a pour les remplacer les autres.
    Bon récit, merci à toi.

    RépondreSupprimer
  5. et beau en plus le sauveur ! Sacrée Julie !

    RépondreSupprimer