mercredi 11 avril 2007

Dois-je le laisser?

Saviez-vous qu'il existe des coquelicots des diverses couleurs?

Les jardinier municipaux ont mis devant la piscine de Colombe. Des oranges, des roses, même des blanches, non seulement des rouges. C'est de la joie de découvrir les fleurs de toute près aussi, voir ce qu'avant je ne voyais pas.

L'année dernière j'ai manqué les cerisiers en fleurs, mais cette fois j'ai pu les admirer jour à jour. Et les lilas blanches et violets de mon jardin sont en train de s'ouvrir. Hier, j'ai pu déjeuner de nouveau dehors et j'ai fait de progrès avec les rangements.

Dois-je laisser... le text sur le baiser dans l'ascenseur dans mon retro-blog? C'était de cela que je voulais en fait parler, mais ce n'est pas facile. Raconter des fleurs, vient tout seule, même s'il a un intérêt limité. Parler de ce qu'un homme de 70 ans et une femme de 63 peut faire en montant six étages, est-ce indécent? Peut-on comprendre la difficulté de rompre, de rester seule, les difficultés de rebondir par la suite, si on ne montre pas aussi les points hauts? Les plaisirs d'un couple âgé.

Ce n'est pas de moi qu'il s'agit, c'était une autre, il y a dix ans.

En revivant ce que j'avais écrit, presque aussitôt après avoir monté si haut, j'avais déjà ressenti que je tomberai bas. On ne va pas jusque nuages presque sans payer. L'enfer m'attendait au retour. Ou, au moins, quelques mois plus tard. C'était déjà là, autour de moi, seulement je me cachais autant que je pouvais pour ne pas le voir clairement.


Il n'y a pas de l'âge pour avoir plaisir, hélas, non plus pour les chagrins.

C'est mieux, de parler des coquelicots! Elles sont belles de loin, rayonantes dans le soleil. Creuser plus profond, les regarder tout près ne fait pas mal et ne choque pas non plus.

En voilà une autre. On peut les voir mieux, plus en profondeuraller plus près.
Est-ce plus "vrai" tout près que de loin?


Je n'avais jamais vu une ainsi, si près. Probablement, je n'en verai plus. C'est triste de le penser. Pourquoi pas?

6 commentaires:

  1. heure-bleueavril 11, 2007

    Tes coquelicots sont superbes mais tes mots sur l'amour qui n'a pas d'âge sont délicats et tendres...

    RépondreSupprimer
  2. coucou le texte est magnifique empreint de poésie et de tendresse
    et Oui tu peux le laisser il est tendre
    je t'ai laissé un commentaire là-bas
    bonne journée

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup ces coquelicots, tes photos sont très belles.

    RépondreSupprimer
  4. J'adore les coquelicots et tes photos font ressortir tout leur panache.

    RépondreSupprimer
  5. Comme un p'tit coquelicot mon âme, chantait Becaud. Et le tien n'a pas d'âge toujours aussi ardent !

    RépondreSupprimer
  6. tes photos sont magnifiques, j'adore ces fleurs.
    Ton message me fait penser que j'ai pas lu depuis un moemtn, et louper quelques choseS. Je prendrais le temps en rentrant. N'efface pas ton comm sur le baiser de l'ascenseur.
    Je pense que si tu l'as vécu, c'est qu'il a de l'importance. Et il n'y a pas d'age pour aimer, éprouver, ressentir.

    J'irais lire.

    Bonne nuit, Julie,
    Et à très bientot !
    Sophos

    RépondreSupprimer