mercredi 9 septembre 2009

Liberté


Peut-on parler et comprendre la "liberté" autrement que par l'absence de la liberté?

Pour chacun, et à différents moments de la vie, cela signifie autre chose.

A un an, liberté ou non de sucer ma puce.
(mes parents on empêché mon bras de plier la nuit pour que je ne puisse mettre ma main près de ma bouche "le docteur nous l'a conseillé pour que les dents ne point dehors plus tard)

A dix ans, liberté de sortir dans la rue et parler avec autres enfants.
(nous avons dû se cacher une année devant les SS allemands et hongrois et tous qui aurait pu nous dénoncer)

A seize ans, liberté à savoir où on a emporté mon père.
(dans la Roumanie communiste, quelqu'un avait envie du poste qu'il occupait et l'a dénoncé "saboteur et espion", sept mois, nous n'avons eu aucune nouvelle même s'il vivait ou non)

A 18 ans, liberté d'aller à l'Université, "mauvais origine! bourgeoise!"

A 24 ans, liberté d'avoir un diplôme et même de travailler comme manœuvre. "Ennemi de peule! on m'a déclaré en fait j'avais fait "lès majesté" de mme Ceusescu, sans savoir qui elle était.
(On n'a pas pu m'empêcher d'étudier la langue français et ensuite, anglais, ni mon père par la suite de devenir "femme" ou marier mon amant, plus tard.)

Liberté de prendre avec nous, quand enfin, après deux ans nous a laissé sortir de la Roumanie Communiste, nos affaires: j'ai dû laisser même mes journaux, mes photos, mes souvenirs. (Avec temps, j'ai pu le récupérer, petit à petit. Au moins les affaires très personnelles que j'ai laissé chez des amis ou famille.)

Dans la pays de liberté, c'était soudain, après quelques années, mon mari qui me terrorisait. Me frappait. C'était les mois les plus terribles de ma vie: peur de m'exprimer chez moi! Ne sachant pas ce que le prochaine moment apportera.

Je me suis mise à apprendre de nouveau. Je me suis plongé dans autres choses, tout en travaillant. A 41 ans, enfin, j'ai divorcé et me suis échappé vers Etats Unis avec mes deux enfants pour m'éloigner encore plus de lui.

Liberté. L'absence de liberté m'a porté des fois vers des chemins inconnus, quand j'ai réussi finalement de voir ce qui m'attendait a tour du coin était plus intéressant, plus beau que j'aurais pu savoir imaginer.

Mais il a fallu faire les premières pas, avoir courage. Confiance en moi. Probablement, c'est pour cela que j'essaye donner de la confiance aux autres, pour qu'il puisse se libérer de ce qui les tyrannise à un moment donné.

La photographie, quand je l'ai prise, signifiait pour moi "union" lien, force. Quand l'union devient absence de liberté?

1 commentaire:

  1. Magnifique témoignage..La liberté ça se conquiert

    RépondreSupprimer