jeudi 12 juin 2014

Quelle chance!

Saturday, first day back from the hospitalDeux femmes extraordinaires!

J'ai rencontrée Vivianne il y a cinq ans, en revenant de club de Greenwich, elle m'a dit, "j'habite pas loin, puis-je venir te voir".

Depuis, on s'était très bien entendus.

C'est elle qui a découverte Patricia, Pat, sur la photo ici avec une grande sourire chaleureuse.

Elles étaient les premières à venir me voir à l'hopital et aussi une fois arrivée à la maison.

J'avais décidé, entre temps, que je vais avoir besoin de quelqu'un venir plus souvent qu'une fois par mois comme avant, à m'aider. Pat était libre.

Elle fait de la cuisine végétarienne, elle avait eu une restaurant à un temps donné.
Elle nettoit la maison sans qu'on lui dit rien et fait des courses et rapporte pleine d'argent économisé.
Elle m'a dit doucement, il y a un mois "je sais aussi masser".

Hier, c'était la troisième fois. Sur le champs, cela fait mal, elle trouve tous les points et neuds douleureux. En partant, après la chaleur ressentie, les douleurs et noeuds sont dissous. Presque. Certains tout à fait. Mon dos, mon épaule, même mes bras, presque guéris.

Bien, les jambes m'ont fait mal cette nuit, mais seulement parce que je les avais maltraités hier. En essayant me déplacer des façons nouvelles et trop vite.

Ce matin, j'ai trouvé un meilleur moyen à me déplacer, plus facile à aller avec dans la cuisine, étudier mon frigo, découvrir une crème caramelle, des fraises et quelques biscuits secs de contoire, et les apporter le tout, dans la boite des fraises jusque mon lit.

Encore une victoire!

A dix heures ce matin je suis bien heureuse, et le physiothérapeute ne vient que l'après-midi.

2 commentaires:

  1. Oui quelle chance ! J'aimerais bien trouver aussi une cuisinière/aide-ménagère/masseuse avec le sourire comme celui de Pat...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Tanette, j'ai beaucoup de chance!

      Supprimer