mercredi 11 juillet 2007

Tout le monde ne peut être

Tout le monde ne peut pas être belle comme Dianna l'était.

Chacun de nous a quelque chose qui nous plait moins, sur notre corps ou notre visage. Yann a fait remarquer que l'homme de cette photo (je lui avais fait aussi un portrait seule, avec zoom) ressemble au prince Charles.

Je n'aurais jamais pensé.

En tout cas, il avait avec lui commun, un même expression de géne et le sourire sympathique, probablement la ressemblance vient de là.

La maladie Alzenheimer est terrible. Tant pour ceux qui l'ont, que pour ceux autour d'eux. Dans mes promenades, 20 et plus dorénavant dans les divers arrondissements de Paris, j'ai rencontré des dames très intelligents, mais aussi deux femmes atteints probablement de cette maladie.

Par contre, deux fois, j'ai rencontré des femmes âgés venant vers moi, aussitôt que je les regardais, me disant "vous me connaissez, bonjour!" avec la main tendu vers moi. Voilà une rencontré dans le 20e arrondissement.

On lit la confusion dans son visage, mais elle était seule sur la rue. Aussitôt qu'elle ma vu la regarder, elle m'a dit me connaitre.

Que puis-je faire alors?

Serrer la main, balbutier. Dire un non discret que d'ailleurs elles n'ont pas entendu ou n'ont pas tenu compte. Parler un peu, puis prendre une image d'elles. A chaque fois, c'était des femmes respirant la bonté, sympatiques, sinon très intelligentes. Elles ont pu être jadis.


Sur l'image de la femme rencontré à l'entré d'un parc de 15e, près de la périphérie de Paris, on voit ses rides de sourire. Les rides parlent de sa vie, mais aussi de son mari: il a réussi à la rendre heureuse. Et encore maintenant, il va se promener avec elle, s'en occupe, se soucie. On voit aussi que maintenant, elle est de plus en plus perdue, hélas.

Son mari avait dit aussitôt: "mais non, elle ne te connait pas!" gêné, mais en voyant que je prenais l'approche de sa femme avec sympathie, il n'a plus intervenu, sauf acquiert à ce que je prends leurs image et sourire, et même, me remercier par la suite.

Ils sont parties heureux de notre rencontre, comme vous pouviez voir aussi de la première image de cette note, et moi aussi. Un contact chaleureux humaine pour eux et pour moi.

Mes balades à travers Paris, m'ont apportés quelques moments qui comptent.

5 commentaires:

  1. Dur problème que tu abordes là ...
    Cette maladie, qui change tant les gens qui l'ont :-(
    Et qui rend si malheureux leur entourage.
    Ma grand-mère en est morte, il y a 10 ans maintenant, et bien que loin, nous voiyons les soucis, les peines que cela causait à mon grand-père.
    C'est très dur à vivre, à supporter, à accepter.

    Avec Maman, nous croisons les doigt spour ne pas être toucher ... c'est dans 50% des cas héréditaire ...
    Alors pour une fois, je suis bien contente qu'Audrey ne soit pas "ma" fille .... elle aura "moins de chance" de l'avoir ;-)

    Bonne journée, Julie !
    J'aime tes photos, si tendre, si révélatrice ........

    Sophos

    RépondreSupprimer
  2. Une maladie qui touche malheureusement de plus en plus de personnes. Puissions-nous en être épargnés. Encore un beau billet de ta part Julie.

    RépondreSupprimer
  3. heure-bleuejuillet 11, 2007

    Il faudra me convier à une de tes promenades...

    RépondreSupprimer
  4. J'aime beaucoup le premier portrait. Ce visage est etonnament expressif, doux et touchant.

    RépondreSupprimer
  5. avec plaisir, heure-bleu, veux-tu te promener avec moi sur le tramway et découvrir les nouvelles préries au porte de paris?

    RépondreSupprimer